1. Explication du biofilm

On peut définir le biofilm (99% des bactéries se situent dans le biofilm) comme une accumulation hétérogène, adhérente à la surface des canalisations ou située les systèmes dans les canalisations d’eau. il est composé d’une communauté microbienne riche en bactéries aérobies et anaérobies, enrobées dans une matrice intercellulaire de polymères d’origine microbienne.

Le but de cette association bactérienne est d’assurer sa sécurité et son confort.

Le biofilm apparaît donc comme un empilement de colonies bactériennes séparées par des canaux à eau à l’intérieur d’une matrice extracellulaire, avec l’existence de nombreux gradients entre les micro-colonies.

Parmi ces bactéries, certaines s’installent très tôt commes les streptocoques par exemple, d’autres ont un rôle prépondérant car jouent le rôle de pont entre les bactéries colonisatrices du début de la formation du biofilm et celles qui adhèrent plus tardivement.

L’organisation des micro organismes au sein du biofilm leur confère des propriétés de défense face au chlore au traitement continu.

Les principaux mécanismes de résistance accrue dans le biofilm sont :

Certaines bactéries ne se divisant plus au sein du biofilm dans l’eau, elles ne sont plus sensibles au chlore qui n’attaque que les bactéries en division.

Les bactéries mortes en surface du biofilm (matrice) suite à l’action d’un biocide peuvent agir comme une barrière physique protégeant ainsi les autres bactéries face à au traitement.

2 La matrice :
Elle agit comme une barrière limitant la diffusion d’agents antimicrobiens (mais elle ne peut l’empêcher totalement à cause de la présence de canaux aqueux). Cette barrière est d’autant plus efficace que lorsque que le biofilm est mature.
Cette matrice sert également d’amarrage à des enzymes bactériennes capables de détruire des antibiotiques (Wilson et al., 2000).

Le biofilm ne laisse pénétrer les agents antimicrobiens que s’ils sont cationiques.

Permette le détachement du biofilm, […]